Luc Chatel et les fausses clientes : les excuses d’Intermarché sont bidons

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX


Tout le monde sait désormais que lundi dernier, le tout frais ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, a bidonné une visite de grande surface pour faire vanter sa pseudo réforme des coûts de la rentrée scolaire devant de pseudos clients de l’Intermarché du Val de Marne.

La presse oublie d’ailleurs de mentionner que ce genre de montage est devenu pratique courante dans la France de Sarkozy. Lors de la visite de Barack Obama sur les plages du débarquement, c’est carrément toute la zone qui avait été réservée aux encartés UMP. Nadine Morano et bien d’autres s’y sont essayés également. Notre pays ressemble de plus en plus Tintin au pays des Soviets. C’est comme ça.

Dans la torpeur estivale, cependant, les communiquants de l’Elysée étant probablement en congés, l’affaire a commencé à enfler un peu. Libération a même semblé se souvenir qu’il avait été un journal de gauche et a pondu un papier très précis et circonstancié.

A tel point que la direction de l’Intermarché a pondu hier soir des excuses, reconnaissant la manip et avouant avoir fait intervenir des salariés du magasin. Luc Chatel se paye même le luxe de condamner sévèrement le procédé.

La presse semble se satisfaire aujourd’hui de ces excuses, ou feint de le faire.

Et pourtant, il suffit de relire les témoignages des journalistes présents sur place, et notamment celui de Libération, pour comprendre que :
- les personnes présentes sur place étaient nombreuses, et bien plus souvent élues de l’UMP que salariés du magasin ;
- l’attachée de presse du ministre était au courant de la manip.

Après la visite bidon, ce sont des excuses bidons qu’on nous sert aujourd’hui.


 Anglade
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Et tous les matins, je me demande ce qu'attend le peuple pour se réveiller... Arfff
Kaléi
Répondre