Fermeture de la Samro à Niort

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX


Le site nortais de la Samro, fabricant de semi-remorques et remorques, va fermer dans le cadre d'un plan social officiellement annoncé le 31 août. Photo Jacques Herry


Un plan social de 109 licenciements et la fermeture du site de Nort-sur-Erdre (Loire-Altantique) ont été annoncés mercredi par le fabricant de semi-remorques qui fait face à la crise que connaît le secteur du transport routier en France et en Europe.

Un comité d'entreprise extraordinaire s'est tenu ce matin à Fontenay-le-Comte où est basé le groupe, qui a évoqué notamment des mesures de chômage partiel. Le dispositif, s'il est accepté par la direction départementale de l'emploi débuterait le 31 août et devrait se poursuivre jusqu'au 30 novembre. En janvier dernier, le groupe contraint par une chute de son activité de 50 %, avait déjà dû engager une telle mesure.

Durant plusieurs mois, jusqu'en juillet, 80% des salariés des sites de Fontenay-le-Comte, Balbigny, dans la Loire, et Nort-sur-Erdre avaient été contraints au chômage partiel deux jours par semaine. « Le chiffre d'affaires a baissé de 50%,. Il sera de 70 millions d'€ cette année au lieu de 180 M€. nous avons peu de visibilité », indique Willy, Renou directeur des ressources humaines du groupe Samro. « Cela fait plus d'un an que la direction se bat pour trouver des fonds. » Un plan de formation des salariés est à l'étude et pourrait être mis en place à la mi-septembre. Les représentants syndicaux, réunis ce matin à Fontenay ont évoqué leur inquiétude quant à l'avenir et redoutent « une casse sociale plus importante ».

Un plan social va entraîner la suppression de cent emplois chez le plus gros employeur privé de la commune.

Fin des heures de gloire. Le site nortais, fabriquant de semi-remorques et remorques, est sacrifié sur l'autel de la crise. Un plan social avec suppression d'un site et de 109 emplois va être avalisé le 31 août. Un comité central d'entreprise est prévu à cette date. Hier, en recevant les convocations, les syndicats ont eu la confirmation noir sur blanc de ce que tout le monde craignait...

« On s'y attendait »

Dans la matinée, les syndicats ont informé les salariés présents. « Cela n'est pas une surprise, on s'y attendait... », déplore Gildas Leparoux, délégué syndical CGT à la Samro à Nort-sur-Erdre, « nous avions des craintes sur l'emploi depuis plusieurs mois. On s'en doutait en connaissant les problèmes de trésorerie ».

Le carnet de commandes a diminué dès septembre 2008. L'activité a baissé de 50 %, le chômage partiel a commencé en janvier, les intérimaires remerciés. Autre signe : depuis juillet dernier, le site nortais a perdu sa ligne « fabrication de remorques », sa principale activité... Ils n'étaient plus qu'une poignée de salariés à croire en une fin moins triste. Hier, leurs derniers espoirs se sont envolés.

Délégués reçus en mairie

Face à cette échéance, « la direction ne souhaite pas s'exprimer », explique-t-on à Nort-sur-Erdre. Au siège du groupe à Fontenay-le-Comte, les responsables n'ont pu être joints. De leur côté, les élus locaux ont rapidement réagi.

Hier après-midi, les représentants du personnel de la Samro ont été reçus par les adjoints Loïc Tremblay et Chantal Paillusson, Françoise Gentil, conseillère régionale et Laurent Jacquet, du service économique d'Erdre et Gesvres. Une réunion pour « informer les élus locaux de l'éventualité de la fermeture du site de Nort-sur-Erdre par la Samro », indique la mairie, « face à cette décision inacceptable, Jean Goiset, maire et président de la CCEG s'est engagé à tout mettre en oeuvre avec l'ensemble des partenaires afin de maintenir l'activité et la totalité des emplois à Nort-sur-Erdre ».

Nombreux habitants ont aussi été sonnés en apprenant la nouvelle. « C'est une entreprise emblématique. Ca fait un sacré coup sur la patate », lance l'un d'eux. Les salariés vont devoir rechercher un emploi dans un contexte loin d'être favorable...
Source: La CGT Arrivé

Publié dans Boites en luttes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article