17 septembre : attention à la récupération !

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX


Source: où va la CGT
Et bien ça y est.
Ce que nous envisagions fin août est en train de se produire. Nous écrivions : "L'impression que ça donne, c'est que maintenant que cette journée prend de l'ampleur, est relayée un peu partout, on ne va pas s'y opposer frontalement mais comme d'habitude tenter de détourner la colère ouvrière vers des objectifs purement réformistes !" Et bien, c'est exactement cela. Plutôt que de laisser se construire un rassemblement qui apparaîtrait comme un rassemblement de lutte, "Tous ensemble" contre les restructurations - de fait contre la direction confédérale -, la Conf' a décidé de prendre l'affaire en mains.

Alors qu'elle était plus que silencieuse depuis l'été, la voilà en train de lancer la grosse artillerie, les trois fédérations de la Métallurgie, de la Chimie et du Verre pour en faire une classique journée de l'automobile, préparatoire à la journée sur l'emploi industriel du 22 octobre.
Et Bernard Thibault a été clair lors de son meeting de rentrée le 8 septembre à Paris : "il s'agit de la défense de la filière automobile dans le cadre de la défense de l'emploi industriel"... Aucun doute n'est plus possible à lire le tract commun (ci-contre) : on est dans le classique, la bonne grosse orientation de la confédération, celle du congrès confédéral, et pas du tout dans la suite des luttes des Goodyear et Continental, de l'appel des new Fabris ou de la rencontre à Blanquefort ce week-end dernier.

On va donc se retrouver dans le contexte de la manifestation au Mondial de l'automobile le 10 octobre dernier.
A nous maintenant de reproduire ce que nous avons fait à ce moment là : une manifestation ouvrière historique, une manifestation de lutte de classe. En sachant que la parole à la tribune va sans aucun doute être confisquée par les réformistes de service... c'est l'objectif : empêcher l'expression d'un discours de lutte de classe. Mais le 10 octobre, nous avons su nous faire entendre et comprendre !

Il nous faut trouver tous les moyens d'exprimer notre ras le bol de ces luttes bidon, éparpillées, par nos banderoles, par nos tracts, par nos mots d'ordre, par nos prises de paroles.
Et il y aura notre force, celle de la classe ouvrière en lutte. Les Goodyear annoncent déjà 15 (quinze) cars...

La question est désormais posée partout : plus que jamais, la vraie rentrée sociale c'est ce 17 septembre, et nous ne nous laisserons pas confisquer notre combat par les réformistes confédéraux !

Publié dans syndicalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article