Fait pas bon être syndicaliste.

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

Deux mois avec sursis requis contre un syndicaliste accusé de violence à Saint-Lô
Le procureur du tribunal de Coutances a requis, mardi 8 septembre, deux mois de prison avec sursis contre Pascal Besuelle, un militant FSU poursuivi pour violences contre des policiers le jour d'une visite présidentielle à Saint-Lô, dans la Manche. Le syndicaliste FSU est accusé de "violences contre un agent ayant autorité sans interruption du temps de travail".

"C'est un honorable professeur, honnête homme, bon mari, bon voisin, a déclaré le procureur. Mais il a agi pour éviter l'arrestation d'une tierce personne, ce qui est un obstacle au travail des forces de l'ordre." Le procureur a requis deux mois de prison avec sursis, indiquant qu'il ne s'opposerait pas à une demande de non-inscription au casier judiciaire.

Pascal Besuelle faisait partie du service d'ordre des syndicats lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Saint-Lô, le 12 janvier. Il avait été placé en garde à vue quelques jours après, répondant à une convocation de la police. "Je n'ai pas commis les faits dont on m'accuse", assure-t-il. "On parle d'un homme de forte corpulence portant un chapeau marron. Moi je portais un chapeau noir", a poursuivi le syndicaliste.

Quatorze témoignages ont été apportés au dossier. Parmi les témoins de moralité figurait le député-maire PS de Cherbourg, Bernard Cazeneuve. "Les débats ont été extrêmement corrects", a indiqué l'avocat de Pascal Besuelle. MePatrick Martin a aussi fait état d'un dossier de l'accusation "bourré de contradictions et plein de trous".

Le verdict doit être rendu le 22 septembre.

Publié dans syndicalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article