Débat sur l'identité nationale à Verdun - Bien raciste et bien réactionnaire

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

« Je ne suis pas raciste ni xénophobe », a prétendu le maire UMP de Gussainville dans la Meuse, André Valentin, tentant une explication des propos qu'il a tenus en marge du premier débat sur « l'identité nationale » qui s'est déroulé à Verdun lundi 30 novembre. Il a ajouté : « Lorsque j'ai parlé de « dix millions que l'on paye à rien foutre », je faisais référence aux chômeurs, aux érémistes et aux retraités. » Les uns et les autres apprécieront...
Les propos de ce maire d'une petite commune de quarante habitants de la Meuse avaient choqué, d'autant qu'ils étaient sans ambiguïté possible : sa phrase sur les dix millions venait juste après : « Je pense qu'il est temps que l'on réagisse, parce que l'on va se faire bouffer ! » Avec ses «explications» il en remet une couche.
Raciste il est, réactionnaire... il en apporte une preuve supplémentaire. Mais il ne craint rien, expliquant que « des ministres aussi ont fait des dérapages ». D'ailleurs le maire de Gussainville a des défenseurs, tel Frédéric Lefebvre, porte-parole national de l'UMP, qui a estimé qu'il exprimait «l'inquiétude » de la France. Et dire qu'en 2002 certains prétendaient que voter pour Chirac, le représentant de la droite « républicaine », constituait un rempart contre les idées de Le Pen...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article