Déclaration commune des Unions Départementales d’Eure et Loir

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

13

Force Ouvrière – CGT – CFDT

 

Non aux diktats de la finance !

VALEO : les élus de la république doivent faire respecter les libertés syndicales et le droit au travail..

Et non se faire le relais du chantage des actionnaires.

 

 


Les Unions Départementales soussignées ont appris avec stupéfaction l’initiative d'élus : L.DE LA RAUDIERE (député UMP de la 3éme circonscription), F.HUWART (Maire PRG de Nogent le Rotrou), P.RUHLMAN (Conseiller Général div gauche et maire de Margon), M.LHUILLERY ( Président de la Communauté de Communes du Perche et maire de Coudray au Perche )  qui, unis avec le MEDEF, se sont permis d'intervenir directement par courrier auprès de chaque salarié de VALEO Nogent  pour les inciter à céder aux exigences des financiers.

Depuis des semaines, sous couvert de "projet industriel" et d'effet d'annonce de 217 emplois, la direction du groupe Valeo met la pression, exerce le plus infâme chantage sur les ouvriers pour qu'ils acceptent sans condition : le démantèlement de leur usine dans sa configuration actuelle, le licenciement de la moitié des effectifs de ce qui fut un site de milliers d'ouvriers, mais, en plus, renoncent par contrat à tous leurs acquis et acceptent des horaires et des conditions de travail infernaux de surexploitation .

Dans les faits, la direction de VALEO n’a jamais eu la volonté d’aboutir à un accord mais a tout fait pour diviser les ouvriers entre eux et de les opposer à leurs représentants démocratiquement élus et leurs organisations syndicales.

Tous les salariés connaissent bien ce chantage qui consiste à essayer de diviser les travailleurs, les monter contre les syndicats, leur faire accepter tout et n'importe quoi pour, au final, surexploiter un temps la main œuvre et liquider les sites

Ø            PHILIPS Dreux où le plan de "sauvetage" du site de 279 licenciements en 2008 a abouti à la liquidation totale et 212 licenciements de plus un an plus tard .

Ø            FAURECIA, en Moselle, les ouvriers ont déclenché une grève illimitée avec leurs syndicats contre une opération du même type.

Ø            IPSEN-BEAUFOUR, les salariés et les syndicats CGC-CFDT-FO-CFTC-CGT sont tous unis contre un chantage qui prend la forme de la cession de Dreux du site à un prétendu repreneur.

Chacun sait que la situation est difficile.

Comment des élus de la république peuvent-ils se faire des relais directs de ce chantage, contre des salariés angoissés, sur la base d'un texte cosigné avec le MEDEF. 

Comment peuvent-ils intervenir auprès de chaque salariés par dessus la tête des organisations syndicales elles mêmes ?

Voilà qui est inacceptable et une honte pour notre République .

Ne seraient ils pas mieux inspirés de défendre les salariés et tous les emplois et dénoncer, avec les syndicats, le chantage des actionnaires ?  Comment peuvent il croire une seconde à ce qu'ils osent écrire aux salariés : "cédez aux exigences de VALEO pour préserver votre emploi" .... 

La victoire des salariés à ETHICON n’est-elle pas celle de l’unité des salariés, des syndicats et des élus depuis un an ?

C'est la dictature pure et simple des financiers et de la loi des marchés.

C’est le renoncement total des élus à défendre la démocratie sans même parler des droits ouvriers.

Dans cette situation difficile, les organisations dénoncent cette opération inadmissible, soutiennent les salariés et leurs familles, appellent à se souder dans l'unité avec leurs syndicats pour défendre leurs droits et tous leurs emplois contre les actionnaires.

 

Chartres le 7 novembre 2011

Publié dans Eure et loir

Commenter cet article