l'annonce de la direction de Philips est une honte. la CGT appelé l’ensemble des salariés à se présenter "normalement" lundi matin

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

L'usine de Philips définitivement fermée à Dreux, 212 emplois supprimés

philips-lcd-tv.jpg
L’activité d’assemblage de téléviseurs du site Philips EGP de Dreux (Eure-et-Loir) a été définitivement arrêtée vendredi, ce qui entraîne la suppression de 212 postes, a annoncé samedi soir la direction de l'entreprise dans un communiqué à l'AFP.
Une employée du groupe néerlandais Philips manifeste le 16 juin 2008 sur le site de Dreux, au cours d'une grève de plusieurs semaines

L’activité d’assemblage de téléviseurs du site Philips EGP de Dreux (Eure-et-Loir) a été définitivement arrêtée vendredi, ce qui entraîne la suppression de 212 postes, a annoncé samedi soir la direction de l'entreprise dans un communiqué

De son côté, la direction a souligné que depuis l'annonce de la fermeture et le démarrage de la consultation des partenaires sociaux, "seize réunions se sont tenues, à la fois avec le comité central d’entreprise de Philips France à Suresnes" (Hauts-de-Seine) et "avec le comité d’établissement de Philips à Dreux." AFP - Pierre Andrieu

La direction de Philips EGP a annoncé samedi soir la fermeture définitive de son usine à Dreux (Eure-et-Loir), dont les salariés avaient tenté d'assurer la gestion depuis janvier, entraînant la suppression de 212 emplois.

La direction a invoqué la "situation financière de son établissement", dans un communiqué transmis à l'AFP. "Suite à la procédure de consultation des partenaires sociaux, l’activité d’assemblage de téléviseurs de Philips Dreux s’est arrêtée le 12 février 2010", indique-t-elle.

La fermeture programmée du site de Dreux avait été annoncée pour la première fois le 8 octobre dernier. L'entreprise spécialisée dans la fabrication de téléviseurs à écran plasma avait déjà supprimé 350 emplois en 2005 et 279 l'an passé.

En janvier, les salariés avaient décidé de prendre le contrôle de leur usine, sous forme de SCOP (Société Coopérative de Production), placée sous le contrôle des ouvriers.

"Une lettre recommandée a été envoyée à l’ensemble des salariés de l’usine drouaise leur indiquant qu’ils n’avaient plus à se rendre à leur travail à partir de lundi, sans leur notifier leur licenciement", a confirmé à l'AFP, Manuel Georget, délégué CGT chez Philips.

Le syndicat a appelé l’ensemble des salariés à se présenter "normalement" lundi matin à leur travail et annonce une assemblée générale dès 8 heures.

"En voulant nous interdire de pénétrer sur le site et nous obliger à rester chacun chez nous, la direction de Philips veut nous isoler pour mieux fermer le site et nous licencier à moindre frais", dénonce M. Georget.

De son côté, la direction a souligné que depuis l'annonce de la fermeture et le démarrage de la consultation des partenaires sociaux, "seize réunions se sont tenues, à la fois avec le comité central d’entreprise de Philips France à Suresnes" (Hauts-de-Seine) et "avec le comité d’établissement de Philips à Dreux."

"Ces réunions ont permis de répondre, de manière transparente, aux nombreuses interrogations des représentants du personnel et la dernière réunion a été clôturée le 10 février 2010", précise la direction.

Elle affirme avoir proposé "des mesures concrètes" qui représentent "un coût d’environ de 100.000 euros par salarié incluant, entre autres, des indemnités de départ équivalentes à 24 mois de salaire en moyenne et un congé de reclassement représentant jusqu’à 12 mois par salarié".

La fermeture du site fait suite, selon l'entreprise, "à d'importantes pertes depuis 2007, sur l'activité Téléviseurs, 413 millions d’euros en 2008 et environ 180 millions d’euros en 2009.

Une autre filiale du groupe, Philips LG, spécialisée dans la fabrication de tubes cathodiques, avait fermé ses portes en 2006 à Dreux. 1.300 emplois entre 2004 et 2006 avaient alors été supprimés.

De leurs côté, les syndicats contestent le plan de sauvegarde de l'emploi qui leur est proposé et dénoncent dans cette fermeture "un lock-out", de la part de la direction.

"Ce genre de pratique est inacceptable !", s'est indigné M. Georget, affirmant que les syndicats avaient "refusé de donner un avis lors du dernier CCE".

"Ce plan social est illégal car, pour justifier la fermeture, Philips s’appuie sur une division +télévision+ censée perdre de l’argent. Mais cette division n’existe pas puisque l’usine de Dreux fait partie de l’ensemble Électronique Grand Public, qui produit d'autres produits. Cette division a dégagé l’an passé des bénéfices records", selon les syndicats.

Ces observations avaient d’ailleurs été reprises par la direction départementale du travail et de l’emploi d'Eure-et-Loir dans un courrier datant du 24 décembre 2009, envoyé à la direction du groupe Philips.

TV Monde © 2010 AFP

Voir aussi:  le Parisien , le courrier picard RTL Info , La croix, le dauphine, l'Union presse boursoramale matin, En 24 heures, Bellaciao, jacques tourtaux, Collectif contre les patrons voyous et licencieurs, L'Express,la voixduNord, RTBelgique, Nordéclair, AFP, Front syndical de classe,la tête au carhaixLe figaro,      lci TF1 News,Express be, M6
France 24
le point


Communiqué  Solidaires


Les salarié-e-s de Philips à Dreux mènent une lutte sans relâche depuis de nombreuses semaines, contre la direction qui a décidé de les sacrifier sur l’autel de la productivité, de la rentabilité, … c’est-à-dire que les patrons veulent fermer l’usine, jeter les salariés à la rue, pour pouvoir empêcher, eux, de nouveaux bénéfices !

Les 9 et 10 février, tous les élus CCE et CE ont refusé la consultation-bidon présentée par la direction, dont le seul souci est d’aller au plus vite vers la fermeture de l’usine.

Ce samedi 13 février, les salarié-e-s de l’usine de Dreux ont reçu une lettre recommandée par laquelle la direction leur demande de ne pas venir travailler lundi 15 février.

Par cette nouvelle provocation, les patrons de Philips essaient de diviser les travailleurs/ses en les isolant chacun-e chez soi. Au contraire, ceux-ci tiendront une assemblée générale lundi matin, pour s’informer et décider ensemble.

L’Union syndicale Solidaires renouvelle sa solidarité avec les salarié-e-s de Philips à Dreux, et est disponible pour les actions que les travailleurs/ses concerné-e-s décideront.

L’Union syndicale Solidaires appelle à la convergence des luttes, du secteur privé (Philips, Total, Ikea, Ed, …) et du secteur public (santé, SNCF, éducation nationale, …). Il faut un mouvement national interprofessionnel, le soutien aux salarié-e-s déjà en lutte est un des moyens de le construire.

Publié dans PHILIPS EGP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Michel<br /> <br /> CARREFOUR ANTICAPITALISTE<br /> http://kropotkine.jimdo.com/<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> SOUTIEN TOTAL à VOTRE JUSTE CAUSE !<br /> <br /> Ce système est en train de vous broyez, le capitalisme inique est une machine au service du profit contre l'humain !<br /> <br /> Comme avec les CONTI ou les MOLEX, la lutte des classes n'est pas une utopie...<br /> <br /> "Hasta la victoria siempre"<br /> <br /> Michel<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Tenez bon camarades, vous avez le soutien total de nos blogs de combats avec lesquels nous allons plus que jamais relater votre lutte légitime et appuyer sans réserves votre bataille pour le<br /> maintien de vos emplois.<br /> Fraternel salut syndical CGT<br /> Jacques Tourtaux<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Je suis un ancien technicien de Philips (TRT Philips Plessis Robinson) ou j'étais egalement délégué CGT.<br /> Ce que vous fait subir Philips est inacceptable ! J'ai vu le reportage ce soir à la télé (j'ai reconnu mon camarade antonio Perrucha que j'ai connu quand il était au comité européen) En retraite<br /> maintenant apres avoir été liquidé et licencié avec mes 300 collègues de CS telecom auquel Philips nous avait vendu , je suis de tout coeur avec vous!<br /> Ne vous laissez pas faire !<br /> fraternellement<br /> JL<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Nous sommes nombreux à penser à vous. Courage, courage, courage!<br /> <br /> <br />
Répondre