LA CGT : PLUS DE 5000 SANS PAPIERS EN GREVE POUR LEUR REGULARISATION ! CETTE GREVE DOIT IMPERATIVEMENT ET RAPIDEMENT S'ELARGIR A LA PROVINCE !

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

Plus de 5.000 sans-papiers en grève pour leur régularisation, selon la CGT
afp-photo-220821.jpg
Photo : Jacques Demarthon
Des travailleurs sans-papiers occupent l'entrée du chantier de la tour en construction "First", le 2 novembre 2009 à La Défense.
Plus de 5.000 travailleurs immigrés sans-papiers sont en grève dans 1.253 entreprises essentiellement dans le BTP, le gardiennage et la restauration pour demander leur régularisation, selon le dernier décompte donné vendredi par la CGT.

"Une quarantaine de sites sont occupés, ça tourne", a précisé Francine Blanche, secrétaire confédérale du syndicat qui encadre leur mouvement.

Le mouvement a été lancé mi-octobre par les sans-papiers, essentiellement africains, qui demandent une circulaire élargissant le champ des régularisations et dénoncent les différences de traitement de leurs dossiers selon les départements.

Quatre réunions ont déjà eu lieu entre les représentants syndicaux et le ministère de l'Immigration. Sont notamment demandés l'abaissement de la durée de séjour en France de cinq à trois ans pour la régularisation, l'entrée dans le dispositif des personnels de sécurité et la prise en compte du travail au noir.

Ces deux derniers points demandent une intervention des ministères du Travail et de l'Intérieur et risquent donc de retarder l'éaboration d'une nouvelle circulaire, précise une source proche du ministère.

Même si une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine, la CGT entend maintenir la pression.

"Quand un site est évacué, un autre site le remplace, c'est ce qui s'est passé ce matin où les sans-papiers qui occupaient l'agence d'interim Crit près de la gare Saint-Lazare depuis plus de trois semaines ont dû en partir et sont allés immédiatement occuper une agence Manpower à Courbevoie", a précisé Mme Blanche.

Elle dénonce certaines évacuations comme celle, lundi, du chantier de rénovation de la tour First, ex-Axa, occupée par environ 350 grévistes sans papiers "sur simple réquisition de la préfecture, et sans décision de justice, alors que certains des grévistes avaient des badges prouvant qu'ils travaillaient bien sur ce chantier".

"Le droit de grève chez leur donneur d'ordre leur est dénié", a-t-elle estimé.

Au-delà du +phénomène sans-papiers+, c'est la première fois qu'une grève aussi importante a lieu dans la sous-traitance", a-t-elle fait remarquer.
Jacques Tourtaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article