La parole dominante est celle de la classe dominant

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

 


"Je veux dire, comment en est-on arrivé là, à laisser parler ces gens-là, à notre place ? A penser pour nous, et parait-il - tu vas pas le croire ! - pour notre bien ?
Qui sont-ils ces consultants, ces analystes, ces éditorialistes, pour que nous leur accordions tant d'importance ? Que vivent-ils, au quotidien, pour savoir ce que je suis, ce que je souffre, ce que je veux ou ne veux plus ? Par quel miracle ou falsification de la pensée, peuvent-ils, ainsi, nous décrypter, comme des grenouilles nous disséquer ? Du haut de leurs plateaux, radio, télé, oui, de là-haut, sauraient-ils, infailliblement, ce que nous sommes ?
Vraiment ?
S'ils le savaient, mais avant tout, s'ils nous considéraient un peu, rien qu'un tout petit peu, alors pourquoi, hein, quand quelqu'un, un autre qu'eux, ose venir, là-haut, les interpeller ou les contredire, avec des mots de presque tous les jours, des pas conventionnels, des hésitants, alors ils le traitent avec condescendance ou net, de … bobo ! Oui, tu m'as bien entendu, de bobo ! Parce que, eux, bien sûr, ils n'en sont pas ! Oh non, ils sont bien au-dessus de ça, confortablement assis, gracieusement rémunérés ! Ils sont la loi, oh si, ils le sont ! Et avec la notice, s'il vous plaît ! C'est eux la raison. C'est eux !
Et si, une autre fois, un type, un qui parle comme il parle, tu vois, un salarié, ou celui qui les défendrait, comme ce Xavier Mathieu - tu te souviens ? Alors là, c'est d'abord la gêne sur le plateau, parce qu'il parle comme il parle justement, parce que oui, il peut être grossier, mais la vie, elle est grossière ! La vie, il l'éprouve, lui, et c'est pour ça qu'il n'a pas d'autres mots pour la décrire ; et alors tu sais quoi ? Alors, le mépris ! Oui, le mépris, je t'assure, il se lit, il transpire chez ces gens-là, et lui, le salarié, le Xavier Mathieu, il le sent, ce mépris, alors il hausse le ton ! Normal, vu comme on le traite ! Il se révolte, oralement se révolte, et là, c'est la curée, ils disent que c'est insupportable, qu'il est violent ! Ah mais si, vous êtes violent ! Enfin, écoutez-vous ! Et ça, la violence, c'est inacceptable ! I-nac-ce-pta-ble ! N'est-ce pas, Benoît Hamon ? N'êtes-vous pas d'accord ? Il est d'accord, Benoît, mais .. Mais non ! Trop tard. Il l'a dit. C'est inacceptable. Voilà, c'est fini. Sujet suivant ! … Et merde ! Pour une fois qu'un type parlait comme nous, tentait avec ses mots de décrire ce que l'on souffre, comme on en bave, on lui coupe la chique ; pire, on l'humilie. Il n'est pas assez bien, le salarié ; pas assez propre, le syndicaliste. Il n'est pas "éthiquement" ou "correctement" représentatif.
Alors ils reviennent, Bonnaud, re-Duhamel, re-Barbier et re-TOUS les autres, et à nouveau, ils parlent de nous .. Non !
Non, c'est plus possible !
Je (me) dis que ce n'est plus possible. Il faut arrêter ça. Les gens qui parlent à notre place, faut arrêter ! Ces gens qui ne savent rien de rien de notre quotidien comme de nos rêves, ça suffit ! C'est à nous, désormais, de parler. A nous !"

Lire l'intégralité du billet de Philippe Sage

C’Est Maintenant Ou … Patrick Sébastien ! : Refais Le 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article