Les Conti préparent leur appel du 13 janvier

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX


Lundi, près de 200 salariés se sont réunis pour préparer le procès en appel des six ouvriers condamnés pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne en avril

Lundi, près de 200 salariés se sont réunis pour préparer le procès en appel des six ouvriers condamnés pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne en avril

Malgré le vent et la pluie, ils étaient encore près de 200 devant l'usine Continental pour la traditionnelle assemblée générale hebdomadaire lundi. Rassemblés autour du banc qui a servi d'estrade depuis le premier jour du conflit, les ouvriers de Continental ont pris date pour de nouvelles mobilisations et un rendez-vous à ne pas manquer : le procès en appel, le 13 janvier.

Les six ouvriers, dont le leader du conflit, Xavier Mathieu, condamnés pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne, en avril dernier, ont décidé de faire appel des peines allant de 3 à 6 mois de prison avec sursis. Ils seront jugés par la cour d'appel d'Amiens, le 13 janvier 2010, à 13 h 30.

« Dans cette optique, nous allons rencontrer tous les partis politiques, le 2 décembre prochain, pour savoir comment ils souhaitent nous soutenir et s'investir à nos côtés lors de ce nouveau rendez-vous judiciaire. Deux jours après, nous avons un rendez-vous avec le syndicat de la magistrature et la Ligue européenne des droits de l'homme. À l'issue, nous signerons un communiqué commun », a expliqué le délégué CGT, Xavier Mathieu.

« Ce n'est pas le moment de baisser les bras »

Le jour du second procès, une manifestation est prévue à Amiens. « Ce sera sans doute l'une de nos dernières manifestations. Il faut que l'on soit encore plus nombreux que les fois précédentes. D'ores et déjà, des appels à manifester avec nous circulent dans différentes entreprises de la Somme. Ce qui a permis d'arriver là, c'est notre mobilisation. Ce n'est pas le moment de baisser les bras », a-t-il rappelé.

Au niveau de la souscription d'un montant de 100 € lancée auprès des 1 120 ouvriers de Continental, « un peu plus de 500 personnes ont envoyé leur chèque au comité de lutte, ce qui couvre à peine l'amende qui nous a été infligée par le tribunal, au terme du premier procès », détaille Xavier Mathieu.

Au cours de cette assemblée générale, certains ont annoncé avoir reçu des lettres de mutation pour les entreprises Continental basées à Toulouse ou Aix-la-Chapelle, en Allemagne. « N'oubliez pas que, si vous acceptez cette mutation, vous pouvez vous asseoir sur l'ensemble du plan social que nous avons obtenu au terme
Source http://www.courrier-picard.fr/

Publié dans Boites en luttes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article