Les Pimkie ont organisé une opération escargot sur l'A22

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX


 Le cortège s'est ébranlé vers 11 h 30, destination Neuville-en-Ferrain. PHOTO « LA VOIX ».
Le cortège s'est ébranlé vers 11 h 30, destination Neuville-en-Ferrain. PHOTO « LA VOIX ».

Le conflit qui oppose syndicats FO et CFDT à la direction chez Pimkie (groupe Mulliez) a pris une nouvelle ampleur, hier, avec une démonstration des grévistes sur l'A22, montrant ainsi que leur détermination est loin de fléchir, très loin de là. La réussite de leur opération escargot risque bien de les remotiver pour assurer le blocage des sites de livraison de l'enseigne de vente de prêt à porter.

 

Comme depuis le début de l'occupation des sites, un gréviste jette une palette de bois sur le feu installé devant les grilles de Pimkie-Diramode, sur la zone de la Pilaterie. Les filles se protègent du froid comme elles le peuvent avec des couvertures vite humidifiées par la pluie.

Pourtant, les sourires sont sur les lèvres un peu gercées. L'agitation y est un peu plus importante que les jours précédents. Il y a plus de monde, des véhicules de police sérigraphiés, des policiers en civil, des membres de la CRS. Les grévistes ont sorti les tenues repérables : rouge pour FO, orange pour la CFDT. Quelques drapeaux CGT sont agités, par des salariés bien décidés à ne pas suivre la consigne donnée par l'union locale de ne pas participer à la manifestation prévue ce jour-là. Et pour montrer leur détermination, les grévistes ont décidé de se rendre à Neuville-en-Ferrain, ville du second entrepôt de Pimkie, mais aussi lieu où les délégués doivent passer une partie de la journée avec les représentants du cabinet Syndex, missionné par le comité d'entreprise. Et pour cela, ils ont décidé de s'y rendre en cortège par l'autoroute et de mener une opération escargot, histoire d'être plus visibles qu'au fond de leurs zones industrielles.

Pour éviter les problèmes, des contacts ont été noués avec la préfecture et les forces de police en charge d'encadrer le cortège d'où la présence de CRS en charge de l'autoroute. Ces derniers tentent d'obtenir un cortège sur une file, histoire de ne pas trop gêner la circulation. Ce sera en vain. À 11h30, le cortège s'ébranle, direction l'A22 et Neuville-en-Ferrain. Ça roule plutôt vite pour la cinquantaine de véhicules à la queue leu-leu. Certains ont bien compris qu'à cette allure, leur opération va vite passer inaperçue. Arrivés au niveau du centre commercial de Roncq, ils entament une véritable opération escargot. De fait, là ça commence à coincer sérieusement et la circulation se ralentit. Au final, les automobilistes n'auront pas été bloqués très longtemps puisque vers 12h15, les grévistes sont arrivés à Neuville-en-Ferrain. Il ne restait plus qu'à faire la jonction avec celles et ceux qui bloquent l'accès de l'antenne neuvilloise.

Cette manifestation s'inscrit dans la stratégie : un jour, une action. Demain, les grévistes se rendront par le métro dans les magasins lillois de la marque.

Philippe Perrault, responsable régional de la CFDT, était présent lors de la discussion avec les représentants de Syndex. Les syndicalistes se posent beaucoup de questions sur l'analyse des chiffres. De fait, ils se demandent aujourd'hui si c'est bien une procédure de plan de sauvegarde de l'emploi qui s'applique. Des chiffres circulent sur Internet quant à des bénéfices importants sortis de chez Diramode. Il est vrai que les revendications syndicales dans le cadre d'un PSE ne sont pas les mêmes que dans le cadre d'un plan de réorganisation. 
La voix du nord

 

Publié dans Boites en luttes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

la cgt n'a pas donné de consigne, elle est simplement confrontée à des pièges quotidiens tendus par des organisations dont l'objectif est de remettre les grévistes au travail, dans le droit fil du
syndicalisme mulliez... par ailleurs, le journaleux est comique : il parle de chiffres circulant sur internet : que ne fasse-t-il pas circuler dans ses colonnes ?

ci-dessous communiqué cgt tourcoing du jour

L'Union Locale CGT de Tourcoing, simple relais des camarades CGT Pimkie Diramode, se félicite de la réussite de l'action de ce matin.

Et cela, même si elle n'y appelait pas, pour des raisons développées ci-dessous :

- depuis le début de la grève, notre CGT, minoritaire, appuie sans réserve aucune les volontés des grévistes eux-mêmes, et favorise la démocratie en leur sein; le rôle des syndicats est de fait,
secondaire.

- dans ce contexte, les relations inter-syndicales sont compliquées certes, mais cela reste anecdotique tant il est vrai que ce sont les grévistes eux-mêmes qui sont au centre du conflit

- la communication entre les syndicats est restée jusqu'à ce jour assez difficile, et les conditions de préparation de l'action menée ce matin ont pu à juste titre laisser penser aux camarades de
la CGT Pimkie qu'elle n'aurait pas lieu

Nous ne pouvons que regretter l'absence de dialogue et de concertation entre les syndicats, et depuis le début nous travaillons à établir des relations saines, ce que demandent à juste titre les
grévistes.

Avec sang-froid et détermination, nous continuons dans cette voie, et appelons tous nos militants à participer massivement, avec force drapeaux et autocollants CGT à l'action prévue demain mercredi
30 décembre.

Il s'agira, partant du piquet de la Pilaterie à Wasquehal à 11h00, de rejoindre en métro Lille et ses magasins Pimkie.

Nous, militants CGT, serons porteurs des revendications des travailleurs, et du tract les contenant, rédigé et signé par eux.



Union Locale CGT de Tourcoing


Répondre