Philips EGP Dreux ferme ses portes, un sentiment de gâchis

Publié le par CGT PHILIPS EGP DREUX

divers-1765-copie-1.JPG

Le 15 avril 2010 , Philips a définitivement fermé son dernier site industriel de télévision  en Europe de l'Ouest. Encore une usine qui ferme dans la région et dans l'hexagone dans l'inégalité et sans aucune impunité.  les membres du syndicat CGT du site, continuent à  marteler que le groupe Philips n'a jamais justifié le Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE).

 

Syndicats jaunes, préjudice énorme pour les travailleurs.

 

En donnant un avis à la fermeture du site de DREUX, les organisations syndicales FO, CFDT, CFE-CGC et CFTC ont trahi la classe ouvrière et le travail de longs années du syndicat CGT du site. Celles ci se sont positionnés, malgré la victoire des travailleurs en lutte  qui avaient obtenu  du  TGI de Chartres, la réouverture du site de Philips et du maintien de la production.

Un gâchis, d'une bureaucratie syndicale qui  doit-être condamné, car, les syndicalistes jaunes de Philips  ont accepté d'accompagner les licenciements et de mettre  212 salariés à la rue, pire, ils ont aussi accepté qu 'aucun recours ne soit possible.

 

Philips n'a jamais  justifié son argumentaire économique pour fermer le site de Dreux.

 

En l’absence de données prévisionnelles, les membres du syndicat CGT Philips ne pouvaient pas se permettre de se prononcer sur ces éventuelles menaces. Aucune démonstration des difficultés économiques à venir (sauvegarde de compétitivité) n’a été effectuée. Compte tenu des échanges du cabinet d’expert avec la direction de Philips France, il apparaît quasi-certain que la direction et le groupe n’étaient pas en mesure de prouver la menace sur la compétitivité… les éléments n’existant pas.

 

Le syndicat CGT Philips EGP Dreux, a constaté que malgré les demandes multiples du cabinet SYNCEA pour établir son rapport complémentaire et malgré les questions réitérées du 29 mars 2010, la CGT n’était pas en mesure de poursuivre la procédure d'information/consultation relative au projet de restructuration et de PSE en raison de l'incapacité de la Direction Générale de PHILIPS de fournir et justifier des raisons économiques d'un tel projet dans le périmètre pertinent, c'est à dire le secteur d'activité  tel que défini sur le plan juridique.

 

Philips conclue, cette parodie de consultation par un chantage inacceptable afin d’arracher un avis sur le livre II contre l’application de résultat des négociations sur le livre I.

 

Le syndicat CGT Philips, a  attiré l'attention sur cette forme de procédure qui entrave le droit syndical. En actant , la phrase suivante sur le livre1  : « il est précisé que les propositions du 16 mars 2010, intégrées dans le présent document sont liées à l’aboutissement de la procédure de licenciement et à l’envoi des lettres individuelles de notification le 16 avril 2010 », celle-ci entrave l’intégrité des élus afin de leur extorquer un avis. La  « belle  honnêteté » du groupe Philips, qui utilise le chantage pour supprimer les 20.000 euros contre l’aboutissement d’une procédure de licenciement est une honte.

 

Notre déontologie syndicale s’en trouve bafouée car en appliquant ces pratiques déloyales Philips avec la complicité du syndicat FO du site s'est garanti qu’aucune action de contestation concernant le projet de la fermeture du site de Dreux dans un délai de 15 jours à partir du 29 mars 2010 (date de recueil des avis) ne sera engagée. la CGT du site et  les travailleurs estiment, avoir été entravé du droit à nous défendre .

 

Pour le  syndicat CGT de Philips Dreux , cette fermeture du site de Philips Dreux  laisse un goût amer  de colère d'une lutte inachevé face aux patronats . Un gâchis pour la classe ouvrière.

Il est certain que la CGT du site continuera la lutte face au système capitalisme, qui broie les travailleuses et travailleurs ainsi que leurs familles. Nos vies valent plus que leurs profits!!!!!!

 

Publié dans PHILIPS EGP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

C'est une très belle et très expressive chanson


Répondre
J

Pas de commentaire, mais une chanson.
Collectif « On Vaulx mieux que ça »
Une chanson de Michel Bühler

La Boillat vivra

C'est une longue vallée là-bas dans le Jura:
Des villages posés comme ça, du haut en bas.
Des montagn's tout autour, des forêts des prairies,
Des gens et leur amours, et leur tout' simple vie.

Des gens durs à l'ouvrage et d'puis la nuit des temps,
Taiseux comme l'hiver, mais les yeux pétillants,
Mais les yeux malicieux: la plupart ouvriers,
Et debout bien avant que le jour soit levé.

Une usine y a planté ses bâtiments tout gris:
Entrepôts, ateliers, cheminées, fonderie.
Et parc' qu'on y travaille, et ça fait des années,
On a, ma foi, c'est vrai, presqu' fini par l'aimer.

Comment appelez-vous
Quelqu'un qui met l'argent,
Le pognon, les gros sous,
Avant la vie des gens?
Quelqu'un qu'est prêt à tout
Froidement pour trois ronds?
Ça doit avoir un nom...


De lointains décideurs, tueurs de profession,
Ont condamné à mort, et d'un coup de crayon,
L'usine nullement vieillotte ou dépassée,
D'où sortaient des merveilles d'alliages et d'acier.

Les gens polis ont dit: "Pardon, une question..."
La réponse a fusé: "Pas de négociations.
Vous n'avez aucun droit, vous n'êtes rien pour nous.
Quel culot, ma parole! Pour qui vous prenez-vous?"

Face à tant de hauteur, face à tant de mépris,
Votée la mort dans l'âme, une grève a suivi...
Votée visage grave, l'angoisse sur le front:
C'est la première fois qu'on ose dire non.

Comment appelez-vous
Quelqu'un qui met l'argent,
Le pognon, les gros sous,
Avant la vie des gens?
Quelqu'un qu'est prêt à tout
Froidement pour trois ronds?
Ça doit avoir un nom...

Oh la fraternité dans l'usine occupée,
La calme certitude qu'au bout l'on va gagner...
Et puis passent les jours, les semaines et les mois...
Le courage s'épuise, le courage s'en va.

Et c'est une défaite, encore, une de plus.
Jusqu'à quand les sanglots et les causes perdues?
Faudrait-il pour autant renoncer au combat,
Et se taire, accepter, faut-il baisser les bras?

Qui dira à quel point ce monde est odieux,
Et puant la charogne, et méprisable et vieux?
Ah quand viendra la fin, la fin de l'arrogance?
Ah quand se lèvera l'aube de l'espérance?

Comment appelez-vous
Quelqu'un qui met l'argent,
Le pognon, les gros sous,
Avant la vie des gens?
Quelqu'un qu'est prêt à tout
Froidement pour trois ronds?
Ça doit avoir un nom...

Paris, 12 décembre 2006
L'Auberson, 7 février 2007
L'Auberson, 1er septembre 2007

http://www.michelbuhler.com/


Répondre
T

Je suis triste de lire cette mauvaise nouvelle.
La trahison du syndicat FO y est pour quelque chose.
Je tiens à remercier MON CAMARADE MANU ET L'ENSEMBLE DES CAMARADES DU SYNDICAT CGT d'avoir eu la gentillesse de m'inviter lors de la fête qu'ils ont organisé en novembre dernier pour la défense de
l'outil de travail et des emplois.
Je salue le magnifique combat que toi MANU et tes camarades avez mené pour la survie de votre usine.
Je suis vraiment très triste, vraiment désolé et je puis vous le dire sans honte, j'en ai les larmes aux yeux.
Fraternellement.
Jacques Tourtaux


Répondre